Je me prélassais sur la plage isolée, mes courbes dénudées baignées par la chaleur du soleil couchant. Mes seins fermes et ronds, ornés d’aréoles foncées et de mamelons proéminents, se soulevaient légèrement au gré de ma respiration calme. Mes yeux se posèrent sur un couple séduisant non loin de moi, éveillant en moi un désir soudain et intense. Mon vagin serré et élastique, d’une couleur rose foncé, commençait déjà à s’humidifier à la pensée des plaisirs charnels que nous pourrions partager.

Je me levai lentement, laissant mes fesses rebondies et fermes s’exhiber aux yeux de mes futurs amants. Je m’approchais d’eux, mon sourire coquin trahissant mes intentions. « Salut, je m’appelle Alexia, » leur dis-je, ma voix suave et enjôleuse. « Je vous ai remarqués et j’ai eu envie de faire plus ample connaissance. »

Le couple, intrigué et apparemment séduit, me sourit en retour. Nous engageâmes la conversation, partageant nos fantasmes les plus profonds. Leurs yeux brillaient de désir en écoutant mes récits de domination et de soumission, de mes expériences les plus osées. Je pouvais sentir mon excitation grandir, ma chatte devenant de plus en plus mouillée à mesure que les mots sortaient de ma bouche.

Le soleil commençait à se coucher, teintant le ciel de nuances orangées et rougeâtres. Je me sentais chaude, excitée, prête à explorer nos désirs mutuels. « Et si nous passions aux choses sérieuses ? » leur proposai-je, un sourire en coin. Ils acquiescèrent, leurs regards brûlants de désir.

Je me mis à genoux devant l’homme, ma main caressant lentement sa bite à travers son short. Je pouvais sentir sa queue grossir sous mes doigts, son désir croissant à mon toucher. Je déboutonnai son pantalon, libérant son chibre dur et pulsant. Je le pris en bouche, ma langue jouant avec son gland, le goût salé de sa peau m’excitant encore plus. Je le pompais lentement, mes lèvres glissant le long de sa queue, mes mains caressant ses couilles.

La femme se plaça derrière moi, ses mains explorant mon corps. Je sentis ses doigts glisser entre mes cuisses, effleurant mes lèvres humides. Elle me doigtait lentement, sa main rythmant mes va-et-vient sur la bite de son partenaire. Je gémissais de plaisir, mes sens en éveil, mon corps brûlant de désir.

Je me mis en levrette, offrant mon cul rebondi à l’homme. Il positionna sa queue à l’entrée de ma chatte, me pénétrant lentement. Je sentis sa bite dure me remplir, me faire frissonner de plaisir. Il commença à me baiser, ses coups de reins puissants me faisant gémir de plus en plus fort. La femme, quant à elle, se plaça devant moi, sa chatte trempée à hauteur de ma bouche. Je la léchais voracement, ma langue explorant ses lèvres humides, mon nez inhalant son odeur musquée.

Le plaisir montait en moi, mes gémissements se faisant de plus en plus intenses. Je sentais la bite de l’homme me remplir, la langue de la femme sur mon clitoris, les doigts de cette dernière explorant mon anus. Je me sentais salope, chaudasse, une vraie chienne prête à se soumettre à leurs désirs.

Soudain, l’homme se retira de ma chatte, me laissant un instant vide et frustrée. Mais cette frustration ne dura pas longtemps. « Tu es prête à te faire enculer, salope ? » me demanda-t-il, sa voix rauque et pleine de désir. Je hochai la tête, un sourire coquin aux lèvres. « Oui, baise-moi le cul, je suis ta cochonne. »

La suite promettait d’être encore plus intense, nos corps en sueur et en extase, prêts à explorer de nouveaux plaisirs…L’homme s’empara de son chibre dur et le positionna à l’entrée de mon anus, me lançant un regard rempli de désir et d’envie. Je me mordis la lèvre, anticipant la sensation de sa bite s’enfonçant dans mon cul serré. « Vas-y, encule-moi, » lui murmurai-je, ma voix tremblante d’excitation. Il poussa lentement, son gland forçant mon fion à s’ouvrir pour l’accueillir. Je sentis une brève douleur, rapidement remplacée par un plaisir intense et déviant.

Pendant qu’il me sodomisait, la femme s’activait sur ma chatte trempée, ses doigts me fouillant sans relâche. Je gémissais bruyamment, mes seins se balançant au rythme de leurs assauts.  » Oh oui, je suis ta salope, ta petite chaudasse, » criai-je, mon corps frémissant de désir. Je pouvais sentir leur excitation grandir, leurs respirations saccadées et leurs corps transpirants.

L’homme me prit par les hanches, me tirant vers lui avec force, sa bite enfoncée jusqu’à la garde dans mon cul. Je me sentais pleine, étirée, utilisée, et j’adorais ça. La femme se positionna au-dessus de moi, sa chatte mouillée glissant sur mon visage. Je suçais son clitoris, mes lèvres s’enroulant autour de lui, ma langue le pressant et le léchant sans relâche.

Je me sentais proche de l’orgasme, mon corps brûlant, ma chatte dégoulinante de mouille. L’homme accéléra ses coups de reins, ses couilles claquant contre mon cul à chaque poussée. « Je vais jouir, je vais te remplir le cul de mon foutre, » me prévint-il, sa voix rauque et tremblante. Cette idée me fit basculer, les vagues de plaisir me submergeant, mon corps se contractant autour de sa bite.

Il se retira de mon cul, son sperme chaud et épais giclant sur mes fesses, coulant le long de ma rondelle. La femme jouit à son tour, sa chatte se contractant autour de mes doigts, son jus sucré inondant mon visage. Je me sentais épuisée, mon corps couvert de sueur et de sperme, mon esprit brouillé par l’intensité de l’orgasme.

Mais la soirée était loin d’être terminée. L’homme me fit m’allonger sur le dos, mes jambes écartées, ma chatte encore palpitante et affamée. Il se positionna entre mes cuisses, sa queue dure prête à me pénétrer à nouveau. « Tu veux plus, petite cochonne ? » me demanda-t-il, un sourire en coin. Je hochai la tête, un sourire en coin. « Oui, baise-moi, je suis ta chienne. »

Il me pénétra d’un coup sec, sa queue glissant facilement dans ma chatte dégoulinante. Je gémis de plaisir, mes mains se crispant sur les draps, mes yeux se fermant. La femme s’approcha de mon visage, sa chatte trempée à hauteur de ma bouche. « Lèche-moi, salope, » m’ordonna-t-elle, sa voix ferme et dominatrice. Obéissante, je commençai à lécher sa chatte, ma langue explorant ses lèvres, son clitoris, son entrée.

L’homme me baisait avec force, sa queue martelant ma chatte, me faisant hurler de plaisir. Je sentais ses couilles se resserrer, annonçant sa jouissance prochaine. « Je vais jouir dans ta chatte, salope, » me prévint-il, sa voix rauque et tremblante. Cette pensée me fit franchir le seuil de l’orgasme, mon corps se contractant autour de sa bite, ma chatte se remplissant de son sperme chaud et épais.

La femme jouit à son tour, son jus sucré inondant mon visage, sa chatte se contractant autour de ma langue. Je me sentais épuisée, mon corps couvert de sueur et de sperme, mon esprit brouillé par l’intensité de l’orgasme. Mais je me sentais aussi comblée, réalisée, heureuse. J’avais exploré mes désirs les plus profonds, mes fantasmes les plus osés, et j’avais aimé chaque seconde.

Nous nous allongeâmes sur la plage, nos corps nus et en sueur, nos souffles se calquant. Nous nous regardâmes, un sourire aux lèvres, nos yeux brillants de satisfaction. Nous avions partagé un moment intense, charnel, inoubliable. Et même si la nuit tombait, même si nos corps étaient épuisés, je savais que ce n’était que le début de notre histoire, le commencement de nos explorations, le début de notre aventure sexuelle

Publications similaires